Un slam de cœur pour des jeunes qui n’ont pas peur !

Ce fut un jour comme les autres quand notre professeure de français,
Mme Guillien-Pinsard, nous annonça que nous allions participer à un nouveau projet avec la classe de 4ème1. Il s’agissait de slam de poésie ! Lord Myke Jame, champion de France de Slam, intervint à cinq reprises pour nous faire découvrir son art. Mais de septembre à décembre, au sein des cours de français, une heure par semaine, nous avons travaillé sans relâche l’écriture de nos textes, la diction, la mémorisation et l’interprétation. Un thème nous avait été imposé : la ville. A la fin de cette phase de préparation, nous étions prêts !

Vendredi 14 décembre, le jour du tournoi ! Nous devions arriver à 13
heures 05 et heureusement tout le monde était là. Nous étions un peu stressés de passer sur la scène de l’Espace Saint Jean de Melun mais Lord Myke Jame nous rassura en nous expliquant le déroulement de l’après-midi et le DJ Cecil commença à slamer pour nous « mettre dans le bain » ! Nous sommes passés avant les élèves des collèges de Dammarie-les-Lys et de Melun. Au signal de « Crie, parle : on t’écoute », nous avons fièrement affronté la scène et ses micros !Nos prestations furent saluées par de bonnes notes des cinq jurys. Nous connaissions parfaitement nos textes comparé aux autres élèves qui se contentaient pour la plupart de lire leur feuille, ce qui fit monter en nous un sentiment d’injustice qui se dissipa quand les résultats tombèrent : les premiers et les troisièmes étaient des groupes d’Elsa Triolet.

« Les LORS » et « Les enfants de la ville » avaient raflé les deux places (sur trois!) Nous allions donc représenter la communauté d’agglomération Melun- Val de Seine au prochain tournoi de Champagne-sur-Seine.

Au début de ce projet, nous n’étions pas tous enthousiastes : certains n’appréciaient pas la poésie, d’autres ne voulaient pas parler devant un public… Chacun se trouvait des excuses… Mais au fur et à mesure de l’avancement du travail, nous y avons pris goût. Nous avons découvert que c’était un moyen d’expression, que cela nous libérait, que le stress de passer devant un public pouvait s’apprivoiser, que le travail de groupe renforçait notre cohésion et notre complicité, que passer sur scène pouvait même être grisant pour certains et qu’évidemment nous avons travaillé la langue française tout en s’amusant… Ce n’est pas par hasard que notre professeure avait choisi cette activité créative !


Les élèves de 4ème1 et de 4ème2 et Mme Guillien-Pinsard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.