Découverte du métier de brodeuse dans le cadre du PARCOURS AVENIR

Jeudi 28 septembre les élèves de 3è7 ont accueilli  Maryne RAUSCHER, ancienne élève du collège Elsa Triolet venue nous présenter son métier: brodeuse pour la haute couture française.

Marine nous a tout d’abord  expliqué son parcours scolaire:

“-Bac Arts Appliqués à André Malraux (Montereau Fault Yonne), il faut un certain niveau vu qu’il n’y a que 30 places par an. J’avais 15 de moyenne en 3eme dont des bonnes notes en arts plastiques. Comme j’ai pu l’expliquer ce n’est pas ouvert à tous, il faut beaucoup de motivation et de rigueur.
BTS Métiers de la Mode option vêtements à Edouard Branly à Amiens. Ce BTS est ouvert à tous, la moitié de la classe provient du Bac Pro vêtements. Attention pour beaucoup de BTS “artistique” il est nécessaire d’avoir obtenu un BAC Arts Appliqués ou une MANAA (mise à niveau en arts appliqués) formation d’1 an post-bac.
BMA BRODERIE (niveau Bac Pro) en deux ans à Octave Feuillet dans le 16eme à Paris. J’ai passé le CAP BRODERIE MAIN en candidat libre à la fin de ma première année de BMA.”

Elle  a également créé son auto-entreprise afin de pouvoir répondre aux besoins des grandes maisons de la haute couture car lors des périodes de collections (au nombre de 6 par an) les journées de travail peuvent s’étendre jusqu’à 17H!

L’anglais est la langue officielle utilisée aussi bien dans les ateliers que lors des défilés.

Voici quelques photos des broderies qu’elle a réalisées pour des défilés de haute couture et qu’elle a bien voulu partager avec nous:

Cette veste comptabilise 70 H de travail de broderie.

 

Cette robe comptabilise 30h de travail. Elle a été montée  sur un métier à broder (toutes les broderies sont tendues comme cela), et des cristaux de swarovski ont été brodés sur le tissu.

 

Marine nous a également  fait une démonstration en classe du crochet de lunéville, technique de broderie française.

 

 

 

 

Elle nous a apporté quelques échantillons de ses réalisations:

 

 

 

Nous la remercions infiniment pour sa gentillesse et sa disponibilité.

La classe de 3è7.

 

 

Des étudiants de l’université PARIS ASSAS – MELUN en droit initient nos 6ème aux droits des enfants

Dans le cadre d’un partenariat avec l’université PARIS-ASSAS (antenne de Melun), 13 jeunes étudiants en droit engagés dans un parcours de réussite ont profité de leurs TD de français [du semestre 2] pour écrire des contes ayant comme thème les droits de l’enfant. Ces derniers seront regroupés dans un recueil diffusé aux élèves.

Lucie et Loris avec leurs élèves de 6ème
Loris et Lucie devant les élèves

Ainsi, 13 étudiants sont venus au collège Elsa Triolet pour raconter leurs contes et échanger avec nos jeunes 6ème2 accompagnés par Mme Landrein, Mme Petorin, Mme Nahon, M. Bancel et Mme Gabrielli [professeurs et assistants d’éducation]. En petits groupes, nos 6ème ont été bercé par ces histoires parfois rudes (mais n’est-ce pas là le coeur du conte ?) et ont restitué ce qu’ils ont compris à leurs camarades en se servant de dessins et de résumés.

L’exercice oral ne fut pas simple mais chaque groupe a pu illustrer un article de la convention des droits de l’enfant que la France a co-signé.
Bravo car s’exprimer devant autant de personnes n’est pas chose aisée.

Divine, Audrey et Louve
Divine, Audrey et Louve

Chaque étudiant a transmis, ainsi, une part de sa passion pour ses études mais aussi donné aux collégiens des bases de réflexions.
Certains échanges ont même révélés des personnalités toutes particulières.
Ainsi Saïf, jeune migrant ayant intégré cette année la classe de 6ème (après deux ans de classe d’accueil) a raconté sa traversée du désert (au sens propre du terme) avec les maltraitances, la peur, la soif et la mort souvent présente à ses côtés.
Le conte faisait alors sens et la fiction rejoignait la réalité !

Une belle matinée teintée d’émotion, de travail et de belles rencontres.

Sortie Compétition Internationale de Gymnastique Rythmique

Vendredi 28 avril, les élèves de l’Association Sportive Gymnastique Rythmique ( GR ) , et les élèves de la classe sportive, ont assisté à une compétition internationale de GR à Corbeil.

C’était l’occasion pour tous de se rendre compte du niveau des filles de leurs âges, et du niveau d’investissement que nécessite le sport de haut niveau.

Ils ont pu apprécier les performances de groupe aux massues, puis au tournoi individuel au ballon et cerceau.

Les élèves sont ressortis impressionnés et ravis de cette sortie.

 

Antigone et Créon au collège !

Ce lundi 27 mars 2017, nos deux classes, la 3ème4 et la 3ème2, se sont rendues au réfectoire à la rencontre de nos correspondants du collège George Politzer et de… Créon et Antigone !

Antigone, un prénom qui peut paraître doux à l’oreille mais qui est plein de contestations… C’est la fille d’Œdipe, celui qui a tué son père et a eu quatre enfants avec sa mère : Ismène, Polynice, Etéocle et Antigone. Les deux frères, à qui le royaume de Thèbes fut confié, ont fini par s’entretuer. Créon, l’oncle de la fratrie, devint le roi et décida d’honorer Etéocle par de dignes funérailles et de laisser pourrir le cadavre de Polynice. Antigone, outrée par cette décision, entreprit d’enterrer son frère délaissé. Mais Créon l’avait ordonné : quiconque aura l’insolence et le courage d’essayer d’enterrer Polynice sera condamné à mort.

Nous savons que nous sommes dans une tragédie donc les personnages iront jusqu’à la mort. Notre séquence en cours de français sur cette œuvre d’Anouilh nous a permis de comprendre les caractéristiques de ce genre théâtral et aussi l’originalité du traitement d’Anouilh comme ses anachronismes ou l’invention d’un nouveau personnage, celui de la nourrice. Elle nous a également incités à être très attentifs aux discours développés dans l’œuvre et non seulement à la succession des actions, connues d’avance.

Le dialogue central de l’œuvre, celui de la confrontation entre Créon et Antigone nous a donc été représenté par deux comédiens de la compagnie Emporte voix. Ils étaient habillés de manière opposée. Antigone portait un jeans déchiré et un tee-shirt rouge avec le visage du Che Guevara pour lui donner un aspect rebelle, anticonformiste. Alors que Créon était habillé d’un costume avec cravate, comme un homme d’affaires. Les accessoires étaient modernes : téléphone et ordinateur portables, ce qui mettait en valeur l’intemporalité de cette pièce écrite en 1942 et se référant à un mythe antique.

En effet, cette confrontation violente entre le roi de Thèbes et sa nièce rebelle a eu des résonances dans la France occupée mais peut encore en avoir de nos jours… La métaphore de la barque fait réfléchir, un pays est souvent un bateau difficile à manœuvrer :

« Il faut pourtant qu’il y en ait qui disent oui. Il faut pourtant qu’il y en ait qui mènent la barque. Cela prend l’eau de toutes parts, c’est plein de crimes, de bêtises, de misère… Et le gouvernail est là qui ballotte. L’équipage ne veut plus rien faire, il ne pense qu’à piller la cale et les officiers sont déjà en train de se construire un petit radeau confortable, rien que pour eux, avec toute la provision d’eau douce pour tirer au moins leurs os de là. Et le mât craque, et le vent siffle, et les voiles vont se déchirer, et toutes ces brutes vont crever toutes ensemble, parce qu’elles ne pensent qu’à leur peau, à leur précieuse peau et à leurs petites affaires ? Crois-tu, alors, qu’on a le temps de faire le raffiné, de savoir s’il faut dire « oui » ou « non », de se demander s’il ne faudra pas payer trop cher un jour et si on pourra encore être un homme après ? »

De cette discussion très mouvementée où Créon commençait à prendre le dessus, la question la plus essentielle s’est imposée et a réveillé Antigone : celle du bonheur !

Nous avons vraiment apprécié cette représentation théâtrale, le jeu d’acteur était brillant et nous a montré à quel point la définition du bonheur varie selon les personnes. Tout ce temps passé à travailler sur cette œuvre m’a fait réfléchir sur la prise de décisions et que même si on pense faire le bien, cela n’est peut-être pas perçu de la même manière aux yeux des autres.

Terminer l’étude d’une pièce de théâtre par sa représentation vivante est très enrichissant. Le texte prend plus d’importance et de réalisme. Nous avons été impressionnés par les larmes d’Antigone et la violence de Créon qui ont mis en valeur les enjeux de leur discours. Et nous nous sommes amusés de voir Corneille et Sofiane se transformés en gardes impitoyables… car c’est cela aussi la magie du spectacle VIVANT.

Rajinhdra Mauve, Béatrice Annibal, Manaja Rasolofo et Mme Guillien-Pinsard

Rencontre avec Patrick Pasques au CDI

Le mardi 28 mars, les élèves de 6e7 puis de 6e3 ont eu le plaisir d’accueillir l’auteur-illustrateur Patrick Pasques au CDI. Après avoir écrit des textes de vulgarisation scientifique dans des dictionnaires, des encyclopédies ou des livres documentaires pendant des années, Patrick Pasques a décidé de se lancer dans l’illustration. Mais, attention, il n’est pas un illustrateur comme les autres : il ne dessine pas ; il découpe, il plie et il colle, donnant vie à des personnages et à des décors qu’il met en scène puis qu’il photographie. Vous pouvez découvrir le résultat de son travail au CDI en venant feuilleter une sélection d’ouvrages réalisés par Patrick Pasques !

Après une rapide présentation de son travail, Patrick Pasques a proposé un atelier de création de monstres en papier aux élèves qui ont reproduit des formes à l’aide d’un patron (ou pochoir), qui ont découpé, plié puis collé avant de personnaliser leur monstre en lui ajoutant autant d’yeux, de bras, de jambes qu’ils voulaient mais aussi des dents, des ailes, des moustaches ou encore un chapeau, un bouclier, une crête !

Bravo aux 6e3 et aux 6e7 pour leur travail : leurs monstres sont superbes ! Et un grand merci à Patrick Pasques pour ses conseils et son aide précieuse !

Rencontre avec Jean-Pierre Joblin au CDI

Ce mardi 21 mars 2017, nous avons eu le plaisir d’accueillir au CDI l’auteur et illustrateur Jean-Pierre Joblin, qui nous a présenté son travail et nous a proposé un atelier de dessin autour des personnages de ses livres.

Jean-Pierre Joblin a présenté “Monsterland” aux 6e2 et aux UPE2A, un album rempli de créatures issues des légendes populaires de différentes régions françaises…

Les 5e2 et les 5e5 ont, quant à eux, découvert la bande dessinée “La légende dorée”. En compagnie de Frère Boulu, Jean-Pierre Joblin les a emportés avec lui au Moyen-Age !

Un moment de rencontre riche en découvertes pour toutes les classes qui ont la possibilité d’échanger avec Jean-Pierre Joblin, qui les remercie pour leur écoute attentive et leurs questions pertinentes.

Vous trouverez “Monsterland”, “La légende dorée” et bien d’autres livres écrits ou illustrés par Jean-Pierre Joblin au CDI !

Rencontre avec les 6e2 :

Rencontre avec les UPE2A :

Rencontre avec les 5e2 :

Rencontre avec les 5e5 :

 

 

 

Bien plus qu’une journée, une organisation…

Notre classe de 4ème3 a eu la chance de bénéficier de la venue de l’illustratrice Edith Chambon
le jeudi 16 mars 2017. Mais pour l’accueillir comme il se doit, nous avons lu et étudié trois des livres qu’elle a illustrés.

Un œil dans les livres

Ces trois romans graphiques appartiennent à la collection « Graines d’ados » et développent leurs histoires autour de deux protagonistes identiques : Sonia, une élève de sixième têtue et pleine d’idées farfelues et son petit copain Salomé, le roi du hip-hop sensible et attachant.
Le premier livre lu est Graines de Charlie ; nous y découvrons l’histoire d’adolescents qui apprennent grâce à internet le terrible attentat contre l’équipe des journalistes satiriques.
Le deuxième s’intitule 273 amis, par le biais des maladresses de Sonia, il nous fait réfléchir aux conséquences des publications sur des réseaux sociaux de photographies privées et sans l’autorisation des personnes concernées.
Le troisième est La vie sans portable. Sonia se voit confisquer son téléphone portable par sa professeure de français et elle doit donc apprendre à vivre sans !

Nos réactions

Nous avons apprécié les livres de cette collection car ils s’inspirent de notre quotidien. Certaines d’entre nous avons même eu l’initiative de lire d’autres titres de « Graines d’ados » ; le CDI les a tous !

Le livre qui a été le plus plébiscité par la classe a été 273 amis car il a fourni l’occasion d’un échange fructueux sur l’utilisation des réseaux sociaux et du droit à l’image.

La Vie sans portable a plu aussi car la morale est vraie : de nos jours, nous sommes addictes aux téléphones portables. Se détacher d’eux nous ferait le plus grand bien. Mais certains élèves pensent que l’écriture des SMS reproduite dans ce livre est un peu exagérée… nous ne faisons quand même pas autant de fautes !!!

Enfin, Graines de Charlie, le préféré de Mme Guillien-Pinsard, a moins touché la classe. La fin nous a semblée trop rapide et idéaliste.

Un esprit créatif

Les études de chacun de ces livres ont été prolongées par un travail en lien avec le cours d’éducation civique et morale. En effet, nos deux enseignantes nous ont proposé de réaliser une exposition photographique sur les libertés. Nous l’avons présentée à Mme Chambon.

Les trois coups

La lecture s’est aussi poursuivie par un travail plus théâtral : nous avons réalisé des saynètes toujours autour d’une liberté de notre choix.

Une question, une réponse

Afin que la rencontre soit plus dynamique nous avons aussi préparé des questions. Celles-ci nous ont permis d’en savoir plus sur Edith Chambon : elle travaille dans un atelier car elle a besoin de ce contact social. Elle préfère dessiner ses brouillons sur feuille au crayon pour ensuite les améliorer grâce à l’outil informatique. Elle crée un fond en papier craft pour chaque exemplaire de la collection.

C’est ce qu’elle appelle « la charte graphique ». Elle porte un regard critique sur ses premiers dessins, elle continue de progresser dans son art. Edith prend en moyenne un mois pour réaliser les illustrations d’un livre de la collection « Graines d’ados ». Elle reçoit les textes de Gep, les divise en pages et crée ses dessins qu’elle lui soumet. De même elle peut aussi émettre des remarques sur le contenu de l’histoire. Elle est en train de réaliser une BD sur le thème du mariage et pense avoir besoin de deux ans pour venir à bout de ce projet….

Nous remercions le collège de nous avoir fait découvrir cette jolie collection et cette illustratrice.

Les élèves de 4ème 3 et Mme Guillien-Pinsard

Rencontre entre latinistes !

RENCONTRE ENTRE LATINISTES

 Jeudi 24 mars 2016, nous avons eu le plaisir d’accueillir au collège les élèves latinistes du lycée George Sand, accompagnés de leur professeure Mme Tokarski.

D’abord, nous sommes tous réunis au réfectoire : deux épreuves nous y attendaient. La première épreuve consistait à répondre à des questions générales sur un texte latin extrait de l’Ane d’Or, un roman latin écrit par Apulée. Nous étions dix équipes mixtes collège/lycée : chaque équipe avait un texte différent et ensemble nous avons réussi à retrouver des indices pour passer la première épreuve… Ensuite, nous devions proposer  une mise en scène de notre extrait… Tout le monde s’est déguisé,  a pris des accessoires, a cherché des idées surprenantes. Les dix équipes sont passées à tour de rôle et c’était génial :  tout le monde a joué le jeu ! La rencontre s’est achevée par un beau goûter.

Les équipes mixtes en plein travail

 Ensuite, nous sommes tous partis à Paris en RER voir le spectacle. C’est François Charron qui a adapté le roman d’Apulée pour le théâtre Darius Milhaud dans le 19ème arrondissement de Paris : il a réécrit le texte en restant très proche du texte latin, il a dirigé la mise en scène et il joue lui-même plein de personnages dans la pièce.

Le spectacle fut un moment vraiment exceptionnel ! Nous avons énormément ri ! On a eu l’impression d’être transporté dans un monde fantaisiste où tout peut arriver : des magiciennes, des métamorphoses en animaux, des amours de toutes sortes, des morts surprenantes, des rencontres improbables, des répliques décalées… Bref, nous sommes sortis nous-mêmes transformés… avant de reprendre doucement le chemin du retour et de la vie ordinaire…

 Merci à tous et à toutes pour ce bon moment passé ensemble !

Les latinistes de 3ème

Escrime et Arts du Cirque pour la Classe Sportive

Les élèves de la classe sportive viennent de terminer la deuxième période d’activité sportive. Au programme : Cirque pour les filles et Escrime pour les garçons.

Le maître d’armes Pascal TISSIER a apporté toute son expertise aux élèves. Ils ont ainsi pu apprendre les techniques du fleuret, et s’initier à l’art de l’escrime de cinéma. Nous mettrons bientôt en ligne sur la web TV leurs performances !

Les filles ont découvert les arts du cirque : Jonglage, équilibre, acrobaties et expression corporelle. Cette activité leur a permis d’exprimer leur coté artistique et de prendre confiance en elles dans des situations inhabituelles.

Pour la troisième période ce sera l’inverse, les filles vont découvrir l’escrime et les garçons les arts du cirque.

Compétition amicale d’escalade pour l’AS VTT

Les élèves de l’AS VTT ont pu participer à une compétition amicale de blocs (escalade de faible hauteur protégé par des tapis de réception). Ils s’en sont sortis comme des chefs et ont donné tout ce qu’ils pouvaient pour réussir au mieux les blocs. Un bravo tout particulier à Ryan N’Guessan 10ième, à Dyron Micheletti 15ième,à Antoine Duvernoy 17ième (sur 40 benjamins garçons), à Iritz Katleen 13ième, Hénu Léa 17ième, Meunier Ambrosie 18ième (sur 35 benjamines filles) alors qu’ils grimpaient tous pour la première fois (alors que leurs adversaires s’entraînent tous les mercredis en escalade). Donc bravo à tous! Mme Tardy est très fière de tous ses élèves (quel que soit leur résultat!).